Manu Mammana était l’invité du Culture Club d’OLTV. Propos extraits du site officiel de l’Olympique Lyonnais.

Ces derniers jours sans entraînement

«J’ai profité simplement de cette période pour me reposer car j’en avais besoin. Je veux jouer tous les matchs et je me mets en condition pour cela.»

La fin de saison de l’OL en championnat

«J’ai la foi et je veux croire en nos chances d’arriver à cette troisième place. Il nous faut pour cela gagner tous nos matchs jusqu’à la fin et nous en sommes capables. Rien n’est joué. Tant que mathématiquement c’est possible, il faut le vouloir. Je savais que c’était un championnat relevé. Marcielo Bielsa m’en avait parlé et je m’attendais à ce genre de défis.»

Son association avec Mouctar Diakhaby en défense centrale

«Il faut continuer à donner le meilleur de nous-mêmes. Nous avons l’opportunité d’avoir la confiance de notre entraîneur et ce n’est pas souvent le cas pour des jeunes comme nous. Nous devons persévérer dans cette voie et s’améliorer dans la régularité. Je pense que la communication, surtout en défense centrale, est très importante et nous arrivons à nous comprendre même si parfois c’est en espagnol. C’est à nous de bien démarrer le match et de s’entendre pour que toute l’équipe fonctionne.»

La double confrontation face au Besiktas

"Manu"
“Manu Mammana”

«C’est un objectif mais il ne faut pas penser qu’au Besiktas. C’est une équipe difficile à jouer. Je ne connais pas de joueur personnellement mais cela va être un combat. Nous avons une très belle équipe et nous avons les moyens d’aller au bout de la Ligue Europa. Nous sommes unis. Il faut se mettre en tête d’aller chercher cette compétition, sans oublier les matchs de Ligue 1 et ne rien mettre de côté.»

Son intégration au club

«Je me sens presque comme à la maison. Au départ, ce n’était pas facile mais j’ai eu la chance d’avoir des coéquipiers qui m’ont ouvert la porte et qui m’ont parfaitement accueilli. C’est avec Sergi Darder et Rafael que j’ai eu les premiers contacts. Je savais que cela n’allait pas être facile. Je suis jeune et j’arrive dans un grand club avec des grands joueurs mais j’ai travaillé pour me rapprocher petit à petit de l’équipe. Je suis présent sur les réseaux sociaux et je vois tout cet amour des supporters. Je les remercie mais je dois encore progresser, j’ai encore des étapes à franchir. D’avoir ma femme et mon enfant facilite mon adaptation. C’est important de les sentir avec moi et l’arrivée de mon fils a transformé ma vie. J’ai entendu parler des joueurs sud-américains qui ont marqué l’histoire de l’Olympique Lyonnais. Ce n’est que ma première année, mais j’espère en tout cas faire comme eux.»

A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)