Depuis le début de saison, l’Olympique Lyonnais de Bruno Génésio alterne entre différents schémas tactiques. Le coach de l’OL a démarré la saison en 4-3-3, puis a opté pour le 5-4-1 avant de revenir à la tactique initiale et d’explorer ensuite le 4-4-2. Face à l’AZ, Bruno Génésio a même utilisé un autre dispositif, le 4-4-2 en losange. Nous épargnons les légères variantes habituelles des systèmes. Ainsi, un 4-2-3-1 équivaut à un 4-4-2, tout comme le 5-4-1 équivaut à un 5-3-2. Nous ne tenons pas compte non plus des changements de stratégie en cours de match.

Devant autant d’instabilité, demivolee.com souhaiterait connaître votre avis sur le sujet. Quel est votre système préférentiel, celui dans lequel vous aimeriez voir l’OL jusqu’à la fin de la saison ? Vous pouvez réagir dans l’espace commentaires et remplir le sondage.

4-3-3

L’OL a entamé la saison dans ce système, celui qui est l’ADN des grandes années lyonnaises. Globalement, il a été utilisé lors de deux séries. La première allant du Trophée des Champions à la 4e journée, et la seconde de fin novembre jusqu’à début décembre. Depuis, il a été utilisé avec parcimonie par Bruno Génésio mais reste le schéma le plus adopté cette saison.

L’idée de cette formation est de pouvoir obtenir la maîtrise au milieu de terrain et d’écarter le jeu sur la largeur, ce qu’affectionne l’OL depuis plusieurs années. Le 4-3-3 colle parfaitement aux ressources de l’effectif au milieu de terrain. Ainsi, devant l’habituelle sentinelle Gonalons, les relayeurs Ferri, Tolisso, Darder voire même Tousart se partagent le temps de jeu. Devant, se pose le problème du positionnement de Fékir à droite, qui n’est pas forcément son poste providentiel. Hormis cela, les postes sont parfaitement doublés.

Utilisé à 16 reprises, ce dispositif possède un bilan équilibré de 7 victoires, 2 nuls et 7 défaites. L’OL s’est fait éliminer des coupes nationales sous cette formule et a également perdu le Derby à Geoffroy-Guichard. Deux matchs de Ligue des Champions (victoire à Zagreb, nul face à Séville) et les cartons à Nantes et face à l’AZ au retour l’ont aussi été en 4-3-3.

5-4-1

Le 5-4-1, ou parfois 5-3-2, a été utilisé lors d’une seule période de mi-septembre à mi-octobre. Durant cette phase, l’OL devait composer sans Lacazette et parfois Valbuena et Fékir.

En réponse à 7 buts encaissés en 2 matchs, Bruno Génésio décidait de renforcer sa défense et de passer à 5 derrière. En plus de sa ligne arrière, le coach lyonnais installe un milieu compact avec 3 ou 4 joueurs à vocation défensive. Le système, pas viable à long terme à cause du registre de l’effectif, n’est pas réapparu depuis.

Adopté lors de 8 matchs, l’OL réalise dans ce système un bilan de 3 victoires, 1 nul et 4 défaites. Mis en place pour régler les problèmes défensifs, Lyon n’effectue que 3 clean sheets. Pis, l’équipe reste muette lors de 5 rencontres. Les victoires probantes au Parc OL dans le Derby, face à Zagreb et Montpellier en Coupe contrastent avec les revers à Lorient, à Nice, à Séville et face à la Juventus.

4-2-3-1

Le 4-2-3-1, et sa variante le 4-4-2, a fait ses premiers pas assez tard cette saison lors de la 11e journée.

Il s’agit du système le plus offensif de Bruno Génésio. Celui qui lui permet d’aligner 4 joueurs offensifs et d’installer Fékir dans sa zone de confort, en soutien de Lacazette. Généralement, trois éléments forment le binôme au milieu : Gonalons, Tolisso et Tousart. Ferri et Darder étant régulièrement mis à l’écart dans ce système de jeu. Sur les côtés, les solutions ne manquent pas pour épauler le duo d’attaque avec Memphis, Valbuena, Ghezzal, Cornet voire même Rybus.

Appliqué 13 fois, l’OL a réalisé de solides prestations dans ce dispositif comme le match nul à la Juventus, la victoire à Monaco ou contre Marseille. Cependant, de cuisantes défaites sont également survenues comme à Caen et face à Lille. Toutefois, le bilan est assez satisfaisant avec 9 victoires, 1 nul et 3 défaites.

4-4-2 Losange

Le losange a fait les beaux jours de l’OL sous Rémi Garde et avait notamment permis à Fékir d’exploser en compagnie de Lacazette dans l’axe.

Employé une unique fois lors de la victoire en 16e aller de la Ligue Europa à AZ, le schéma se veut avant tout défensif car solide au milieu de terrain. Le jeu de contre de l’OL peut alors s’exprimer au mieux et les latéraux se doivent d’alimenter les couloirs. L’équipe est également en bonne posture pour tenir le ballon et avoir davantage de possession grâce au surnombre dans l’entre-jeu.

En revanche, l’effectif n’est pas forcément bâti pour jouer dans ce système sur le long terme puisqu’il manque des milieux pour faire suffisamment tourner et que les ailiers ne peuvent pleinement trouver leur place.

Votre avis tactique

[yop_poll id=”17″]

A propos Ohpack 589 Articles
Entretiens une relation à distance avec l'Olympique Lyonnais. Suiveur de l'actu foot pour demivolee.com.