Retour sur la premiere et unique demi finale de Ligue des Champions du PSG contre le grand Milan AC.  Suite à un second titre de champion de France, le Paris Saint-Germain disputait alors cette épreuve avec un certain statut à assumer.

5 avril 1995 – PSG-Milan AC

Ce soir-là, pas moins de 46.500 spectateurs étaient au parc pour suivre la rencontre. Tous avaient encore en tête la victoire face à Barcelone en quart de finale. En effet, les parisiens avaient réussi à accrocher le match nul au Camp Nou, puis à battre le Barça de Johan Cruyff au Parc. Ce Barça était alors finaliste de la précédente édition de la C1 1994… (Le FC Barcelone prendra d’ailleurs sa revanche sur le PSG en finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe, en mai 1997).

Mais ce soir-là, l’adversaire se nommait Milan AC, le vainqueur de la précédente Ligue des Champions. Pour sa deuxième participation à la Ligue des champions, le PSG était tout de même expérimenté. Les deux années précédentes, le club de la capitale avait en effet atteint les demi-finales de la coupe UEFA (1992/1993 : 1-2 et 0-1 contre la Juventus) et de la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes (1993/1994 : 1-1 et 0-1 contre Arsenal).

 

psg
Photo du 11 titulaire ce soir la.

 

Le déroulement des deux matchs

Match aller (05/04/1995) : PSG 0-1 Milan AC

PSG (en Hechter) : Lama — Cobos, Ricardo, Roche, Le Guen, Llacer, Guérin, Raí, Bravo, Weah, Ginola. Entraîneur : Fernandez.

Milan AC (en blanc) : Rossi — Baresi, Costacurta, Maldini, Panucci, Desailly, Albertini, Eranio, Boban, Savicevic, Simone (Massaro, 84e). Entraîneur : Capello.

Le match est très animé, avec beaucoup d’occasions des deux côtés, mais Rossi et Lama sont à leur plus haut niveau. Au PSG, Weah et Ginola sont particulièrement en jambe et Paris prend peu à peu le dessus sur son adversaire. Le PSG produit un jeu digne d’un demi-finaliste de Ligue des champions, et peut même amèrement regretter un penalty oublié pour une faute de Panucci sur Ginola ou la barre transversale qui renvoie une frappe de ce même Ginola alors que Rossi était battu.

Cependant, sur un contre en toute fin de rencontre, qui rappelle l’action de Kostadinov quelques mois plus tôt dans le même stade, ce sont les visiteurs qui se montrent le plus réaliste. En effet, le croate Boban inscrit le but de la victoire à la 90ème. Les milanais repartent du Parc des Princes avec un avantage considérable avant le match retour (0-1). Le PSG peut avoir beaucoup de regret sur ce match.

Match retour (19/04/1995) : Milan AC 2-0 PSG

Milan AC (en blanc) : Rossi — Baresi, Maldini, Panucci, Tassotti (Galli, 15e), Desailly, Albertini, Eranio, Boban, Savicevic, Simone (Donadoni, 79e). Entraîneur : Capello.

PSG (en Hechter) : Lama — Cobos (Séchet, 76e), Ricardo, Roche, Colleter, Le Guen, Guérin, Valdo (Nouma, 68e), Bravo, Weah, Ginola. Entraîneur : Fernandez.

À domicile, le Milan domine les débats lors de ce match retour et les occasions françaises se font rares. C’est donc logiquement que Savisevic trouve par deux fois la faille. Une fois par mi-temps (1-0, 21e et 2-0, 58e), sur des actions rondement menées par l’attaque milanaise.

Paris est logiquement éliminé, mais Paris n’a pas démérité, et s’est montré digne d’un grand d’Europe. Après avoir atteint trois demi-finales consécutives, le PSG atteindra la finale de C2 en 1996 et 1997. Cette performance porte à cinq le nombre de demi-finales consécutives atteintes par les Rouge et Bleu.

 

 

Les attentes étaient grandes, mais ce soir-là le PSG échouait pour la troisième fois aux portes d’une finale européenne. Les Milanais de Fabio Capello avaient ce que les joueurs de Luis Fernandez ne possédaient pas encore, à savoir l’expérience et une certaine rigueur tactique. Il faudra patienter un an pour le PSG décroche son trophée européen, la Coupe des Coupes contre le Rapid Vienne à Bruxelles.

Ainsi, la finale de la Ligue des Champions opposa cette année-là le Milan AC à l’Ajax d’Amsterdam. L’Ajax s’imposera en marquant l’unique but  de la finale par l’actuel “Directeur du Football” du PSG. Avec ce but Patrick Kluivert deviendra le plus jeune buteur d’une finale de Ligue des champions à seulement 18 ans. Cette victoire empêche donc le Milan AC de gagner sa deuxième Ligue des Champions de suite.

A noter : Coïncidence malheureuse, George Weah quittera cette année-là PSG pour le Milan AC. Quelques mois après son arrivée il est récompensé par le Ballon d’or, notamment pour ses bonnes prestations avec le PSG en coupe d’Europe. Il est le premier joueur non européen à recevoir cette récompense. Actuellement il est toujours le seul Africain à avoir reçu cet honneur.

 


 

Merci à Minico pour sa contribution

Minico : Amoureux de Paris depuis toujours.

A propos Prince Owski 354 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli