Bienvenue à tous pour cet avant match pour le derby. Car il n’y a qu’un seul vrai Derby. Et car il n’y a que cet affrontement en France qui crée autant de tensions, comme l’a prouvé l’histoire, ou plus récemment le cas Anthony Mounier.

Les groupes pour le Derby

Le groupe de Bruno Genesio (OL)

Groupe élargi de 19 joueurs.

Gardiens : Lopes, Gorgelin.

Défenseurs : Rafael, Jallet, Mammana, Morel, Rybus, Yanga-Mbiwa.

Milieux : Darder, Ferri, Gonalons, Tolisso, Tousart.

Attaquants : Cornet, Fekir, Memphis, Valbuena, Ghezzal, Lacazette.

Le groupe de Christophe Galtier (ASSE)

Groupe élargi de 19 joueurs.

Gardiens : Maisonnial, Moulin.

Défenseurs : Theophile Catherine, Polomat, Lacroix, Pogba, Perrin, Malcuit, Pierre Gabriel.

Milieux : Pajot, Saivet, Veretout, Selnaes, Lemoine.

Attaquants : Roux, Hamouma, Monnet Paquet, Soderlund, Jorginho.

Les compositions probables

Compo probable de l’OL
Compo probable de l’ASSE.

L’anecdote de NSOL

Un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne, surtout pour les Lyonnais. Mon anecdote remonte donc à un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître !

L’Olympique Lyonnais et l’Association Sportive de Saint-Étienne s’affrontent alors en amical. Un match tendu en ce mois de juillet 1990, à Feurs. Un joueur de chaque côté est exclu, dont le défunt Robert Cabañas. Et lors d’une contre-attaque stéphanoise, alors que Daniel Brockers, attaquant des verts, fonce au but, l’impensable se produit. Jean-Pierre, sur le bord de la pelouse, s’en va tacler Brockers. La contre-attaque est bloquée. C’est alors, Domenech, sortant de son banc, qui va arguer du fait que le tacle était propre à l’arbitre. Un derby, ça ne se joue donc pas qu’avec les pros, mais aussi avec le public.

NSOL et l’équipe de rédaction
A propos NSOL 765 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)