Bruno Génésio était sur le plateau d’OLTV après le match contre Marseille. Ecoutons-le, ou plutôt lisons-le, car c’est intéressant !

Que retenez-vous de ce match face à l’OM ?

« Je suis très content du résultat et du contenu. Il fallait prendre les trois points et réagir après notre match manqué à Caen. On reste dans la course au podium. Je suis satisfait du match. On peut espérer vivre une deuxième partie de saison très excitante. On a réussi à mettre en place notre jeu. L’ouverture du score a été très importante. Je savais que l’OM allait venir nous chercher dès l’entame de match. On a su répondre présent dans l’engagement et leur pressing a été ensuite moins efficace.»

Est-ce qu’une victoire était ce soir indispensable dans la course au podium ?

«L’objectif de ce match était de rester dans la roue des équipes de devant. On a un match en retard. On pourrait revenir à 5 points du PSG. Tout est possible. La saison passée, on avait aussi beaucoup de retard. On reste sur 8 victoires en 10 matchs, c’est bien. Il faut maintenant bien se préparer pour le match de Lille. Il y aura ensuite beaucoup de matchs et on verra si on a les capacités d’enchaîner. C’est un moment charnière de la saison.»

Qu’avez-vous pensé des premiers pas de Memphis ?

«Memphis se sent plus à l’aise à gauche même s’il est capable de jouer partout. Il a montré qu’il pouvait s’intégrer dans la philosophie de jeu. J’ai déjà vu une relation technique avec les autres joueurs et j’ai aimé ses replacements défensifs. Il lui manque le rythme des matchs mais il est bien physiquement. Il a tellement d’envie que ça va le faire très vite. C’est un atout et une variété supplémentaires pour notre équipe.»

Un mot sur la rumeur Patrice Evra ?

«Je n’ai pas d’information à ce sujet. J’ai découvert cette information au même moment que vous. Je ne peux donc pas en dire plus. »

NSOL, propos recueillis d’OLweb.fr
A propos NSOL 763 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)