Retour en Amérique du Sud : le Chilien Carlos Palacios est le quatre-vingtième lauréat de la Chasse aux pépites.

La fiche d’identité de Carlos Palacios

  • Club : Unión Española
  • Age : 20 ans (né le 20 juillet 2000)
  • Physique : 180 cm / 75 kg
  • Poste : Milieu offensif
  • Pied fort : droit
  • Points forts : technique, dribble, placement, vitesse, force, lecture du jeu, vision de jeu, passes, tir
  • Points à améliorer : jeu aérien

Le talent de Renca

Carlos Palacios, ou plus communément appelé « Carlitos », est originaire de José Cardan de Renca, au Nord-Ouest de la capitale chilienne, Santiago. Il vient d’une famille modeste mais qui a toujours fait en sorte que Carlitos ne manque de rien. C’est à l’âge de 3 ou 4 ans qu’il touche ses premiers ballons et c’est à l’école de Recoleta de Chacabuco qu’il fait ses premiers pas sur un terrain.

Il tente d’abord d’intégrer les académies de club de première division. Des premiers essais à l’Universidad Catolica resteront sans lendemain. Mais, lors d’un tournoi organisé par Colo-Colo au Monumental, Carlitos se fait remarquer. L’Unión Española lui ouvre ses portes. Carlitos a douze ans et un talent qui déjà se distingue. Au cours de son cursus, il va passer sous les ordres de Jaime Carreño qui joue un rôle important dans son développement :

“Carlos marqué la différence, j’ai eu la chance de le rencontrer et de l’emmener à Unión. Carlos est introverti, il est calme, je l’approchais et lui parlais beaucoup. Il m’a fait gagner des matchs, je lui ai dit qu’il fallait améliorer son physique parce qu’il était lent (…) Il était toujours en avance pour s’entraîner et était très frustré lorsqu’il perdait.” – Jaime Carreño

Croissance à l’Unión Española

Avec son évolution, Jaime était préoccupé d’un départ précipité de son jeune poulain qui selon lui doit avant tout mûrir au Chili :

“C’est un grand joueur, j’ai peur qu’il aille à l’étranger, il doit mûrir au Chili. Tout joueur qui regarde un peu sort. Carlos a beaucoup de choses de Juan Román Riquelme, mais je pense qu’il doit mûrir et continuer à jouer ici au Chili. J’ai peur qu’il parte très tôt et se perde, comme cela s’est produit avec de nombreux joueurs. Je pense qu’il pourrait faire partie d’une équipe nationale, mais en temps voulu, je pense qu’il sera un excellent milieu de terrain pour le Chili.”- Jaime Carreño

Des mots forts et une comparaison flatteuse avec Juan Román Riquelme, qui est l’idole de Carlos Palacios. La comparaison flatteuse prendra bientôt des airs de prophétie, puisque l’entraîneur qui a lancé Carlos, qui n’est autre que Martin Palermo, connaît très bien Riquelme. C’est en avril 2018 qu’il fait ses débuts professionnels. Quatorze rencontres professionnelles s’en suivront. Surtout, la collaboration avec Palermo est une rencontre marquante pour le jeune Chilien :

“Je ne pouvais pas croire que je partagerais et serais si près de Palermo chaque jour que je pourrais parler avec lui. Il m’a donné des conseils qui me servent encore aujourd’hui.” – Carlitos Palacios

La confirmation

Sa deuxième saison est celle de la confirmation. Carlitos enchaîne les titularisations (4 en 5 matches, pour 2 buts et 2 passes décisives) mais ne peut continuer sur sa lancé dû au contexte social qui a perturbé le pays et a précipité la fin du championnat. Il faudra donc attendre 2020 pour qu’il puisse ainsi poursuivre son évolution avec l’équipe première sa place de titulaire n’est presque plus remise en question. Titulaire à 17 reprises, il a marqué 3 buts et réalisé 5 passes décisives (troisième meilleur du championnat) et créé 8 occasions de but (deuxième meilleur du championnat).

Des performances qui lui ont ouvert les portes de la Roja pour les matches de qualification à la Coupe du monde contre le Pérou et le Venezuela. Une première étape importante dans la jeune carrière de Carlitos.

Son évolution avec l’Unión Española est exponentielle. Il s’installe en effet comme l’un des meilleurs joueurs de son équipe et du championnat. Aujourd’hui, l’Unión est en lutte pour arracher une place qualificative à la Libertadores. De quoi faire réfléchir pour son avenir. En cas de qualification, rester une saison supplémentaire tout en participant à la plus grosse compétition sudaméricaine pourrait être un challenge intéressant. Ce qui est sûr, c’est que ses performances et ses débuts prochains en sélection devraient vite attirer l’attention. Il ne serait pas étonnant de retrouver Carlitos en Europe sous peu.

Style de jeu

On le retrouve surtout sur le côté droit de l’attaque mais son activité est assez libre et variée, sur la largeur ou entre les lignes. C’est un milieu offensif qui pourrait s’épanouir dans une position plus axiale.

Carlitos est là pour offrir une solution à la sortie du ballon. Il ne cherche pas automatiquement le dribble pour s’orienter mais joue avec un coéquipier avant de prendre la profondeur. Dans une position large, il peut utiliser son agilité et sa technique pour se guider et ajouter de la vitesse à l’attaque. À un poste plus intérieur, il peut plus facilement chercher à combiner, tirer ou filtrer des passes dans le dernier tiers. Nombre de ses occastions ont été créées dans cette position axiale.

Bien équipé sur l’aspect athlétique, il utilise sa force et sa vitesse pour s’intégrer dans les espaces. De cette façon, il peut apporter cette profondeur dans les transitions pour attaquer le dernier tiers et trouver les zones clefs. Il résiste aux duels et joue avec son corps pour prendre l’avantage sur son défenseur. En revanche, Palacios ne joue pas assez de sa taille pour s’imposer dans les airs. Un secteur qu’il doit avant tout améliorer lorsqu’il s’agit de proposer cette solution entre les lignes.

Un joueur avec une bonne qualité technique, qui peut accélérer dans des espaces ouverts, dribbler tout en accélérant mais aussi se débrouiller dans une position plus statique, où il doit garder le contrôle dans des espaces plus petits en attendant une solution. Sa bonne vision du jeu lui permet de filtrer les passes dans des zones clefs, chercher cette transmission qui casse les lignes. Avec sa couverture large sur le front de l’attaque, il peut influencer différentes positions, cherchant à combiner au cœur du jeu. Pour créer comme pour tirer, il utilise principalement son pied droit. Son pied gauche en position de tir est parfois choisi mais demeure un axe de progression pour le jeune Chilien.

 

A propos Mycki 85 Articles
Grand passionné de football, je passe mon temps libre à analyser et observer les futurs grands du football à travers le monde.