Six fois champion d’Italie, vainqueur de la coupe UEFA (aujourd’hui Ligue Europa), double finaliste de la coupe des clubs champions (aujourd’hui Ligue des Champions) avec la Juventus de Turin, champion d’Europe en 1968 et champion du monde en 1982 avec l’Italie… Dino Zoff possède l’un des plus grands palmarès du football italien. Pourtant, peu nombreux sont ceux qui le considèrent comme l’un des plus grands noms du football du XXème siècle.

Des débuts difficiles… 

Avant de connaitre le succès et ce titre mondial en apogée, Dino Zoff ne débute pas sa carrière footballistique sous les auspices divins. Né le 28 février 1942 à la frontière slovène, il débute dans le football par deux échecs avec le refus aux tests d’entrée de la Juventus et de l’Inter Milan. Alors âgé de 14 ans, celui qui finira par mesurer un modeste mètre quatre-vingt-deux est jugé trop petit pour occuper les cages. Sans solution, il se contente de démarrer avec le petit club régional de Marianese, où il reste 5 ans. En 1961, âgé de 19 ans, Zoff est engagé par l’Udinese, alors pensionnaire de Série A. Ses débuts professionnels sont compliqués et son coach d’alors, Luigi Bonizzoni, lui préfère l’expérimenté Gianni Romano. Pour son premier match pro, Dino Zoff est titulaire lors du déplacement à la Fiorentina. L’Udinese s’incline lourdement, par 5 buts à 2.

…au statut de numéro un

La saison 1961-1962 voit l’Udinese descendre en Série B, et cette relégation va marquer le début de la régularité pour Zoff. En 1962-1963, il est titulaire à 39 reprises et encaisse 57 buts. Le natif du Frioul retrouve la Série A en 1963, date de son transfert à Mantoue contre 30 millions de lires (environ 15 000€). Initialement, Dino Zoff est recruté pour être le remplaçant du plus fiable et expérimenté Attilio Santarelli. Après quelques matchs seulement, Zoff obtient sa chance, bouscule la hiérarchie et devient numéro 1. Il dispute en tout 131 matchs sous le maillot rouge et blanc. En quatre saisons, il connait une relégation au terme de la saison 1964-1965 et une promotion la saison suivante. En 1967, Dino Zoff est transféré au Napoli à minuit le dernier jour du mercato d’été, pour 120 millions de lire et un autre gardien, Claudio Bandoni.

Il joue son premier match en tant que napolitain le 24 septembre 1967 à l’occasion de la réception de l’Atalanta, comptant pour la première journée de ce championnat 1967-1968 (victoire 1-0). En championnat, Dino Zoff ne rate pas un match aux cages depuis ce 24 septembre 1967 jusqu’au 12 mars 1972 (21ème journée, défaite 2-0 à l’extérieur face à l’Inter), une blessure à la malléole l’écarte pour 7 journées. Dans un championnat à 16 équipes, il dispute en tout 143 matchs sous le maillot de Naples. Le 5 juillet 1972, Dino Zoff dispute son dernier match en tant que Napolitain, à l’occasion de la finale de la coupe d’Italie, perdue 2-0 face au Milan. Au cours de son passage à Naples, il connait notamment sa première sélection avec l’équipe A italienne.

Des débuts nationaux auréolés de gloire

Zoff obtient sa première cape au sein de la Squadra Azzurra en 1968, c’est un match contre la Bulgarie comptant pour la phase finale du championnat d’Europe. Le match aller, disputé à Sofia, est perdu 3-2 par l’Italie. Au retour, la blessure du titulaire Albertosi contraint le sélectionneur Valcareggi d’aligner Zoff au but et pour sa première sélection, l’Italie remporte le match 2-0 et obtient sa qualification pour les phases finales de l’Euro. Les phases finales voient quatre équipes qualifiées avec les affiches suivantes : Italie-Union Soviétique et Yougoslavie-Angleterre. L’Italie et l’Union Soviétique ne parviennent pas à se départager au bout des prolongations et, les tirs aux buts n’existant pas encore, on procède à un tirage au sort, dont l’Italie sort vainqueur. Coup de chance donc pour Zoff et les siens qui vont pouvoir disputer la finale face aux Yougoslaves, qui eux ont battu les Anglais 1-0.

Dino Zoff dispute son troisième match sous le maillot azur le 8 juin 1968 au Stadio Olimpico de Rome, devant 85 000 spectateurs, et c’est une finale de championnat d’Europe. Italiens et Yougoslaves se quittent sur le score de 1 partout après prolongations, la finale doit donc être rejouée. 2 jours plus tard seulement, les deux équipes s’affrontent de nouveau dans la même arène, et cette fois les Italiens l’emportent 2 buts à 0. Dino Zoff termine joueur clé de la compétition, élu par l’UEFA, et fait partie de l’équipe-type de cet Euro 1968.

Après ce titre européen, Dino Zoff est titulaire lors de la plupart des matchs de qualification à la coupe du monde 1970. Pourtant, il perd sa place au profit d’Albertosi, alors auteur d’une saison impressionnante avec Cagliari. Les cagliaritains ont terminé la saison 1969-1970 champions, avec 11 buts encaissés en 30 journées, ce qui constitue un record. Zoff vit donc le mondial 1970, au Mexique, depuis le banc et assiste impuissant à la défaite des siens 4-1 en finale contre le Brésil. Zoff reprend sa place à partir de 1971 dans les buts italiens, mais il est blessé lors du playoff de qualification à l’Euro 1972 contre la Belgique, match à l’issu duquel les Belges obtiendront leur billet pour l’Euro. Dino Zoff garde également les cages italiennes lors de la Coupe du Monde 1974, où les Azzurri connaissent un fiasco, éliminés dès le premier tour.

Premiers succès à la Juventus

A l’été 1972, la Juventus recrute Dino Zoff. La Vieille Dame vient de remporter le championnat devant l’AC Milan. Pour sa première saison dans le Piémont, Zoff remporte le championnat, est finaliste de Coupe d’Italie et de la Coupe des clubs Champions. En 1973, il termine deuxième du Ballon d’Or, derrière le hollandais volant, Johan Cruyff. En onze saisons à la Juve, il remporte le Scudetto en 1973, 1975, 1977, 1978, 1981 et 1982 ; la coupe d’Italie en 1979 et 1983 et la coupe UEFA en 1977. Dino Zoff dispute les 330 rencontres consécutives de championnat avec la Vieille Dame entre 1972 et 1983. Il garde par ailleurs son but inviolé pendant 903 minutes, ce qui constituait un record jusqu’à ce qu’il soit battu de 26 petites minutes avec les 929 minutes de Sebastiano Rossi en 1993-1994.

Fin de carrière internationale

Une défaite en demi-finale du championnat du monde 1978 condamne les Italiens à jouer la petite finale, qu’ils vont perdre 2-1 face au Brésil. Les Italiens vont de nouveau terminer 4èmes lors du Championnat d’Europe suivant, battus aux tirs aux buts par la Tchécoslovaquie. Dino Zoff sera, comme douze ans auparavant, élu dans l’équipe-type du tournoi. A 40 ans, il dispute la coupe du monde 1982 en Espagne, qui est sans doute le plus bel accomplissement de sa carrière.

Régulièrement décisif au cours de cette compétition, il réalise lors du second tour, au cours du match face au Brésil, ce qu’il considère comme le plus bel arrêt de sa carrière. Alors que l’Italie mène 3-2 en fin de match, Zoff se détend pour stopper une tête d’Oscar sur la ligne, assurant ainsi la qualification des siens pour la demi-finale. Après la victoire 2-0 sur la Pologne en demi-finale, les Italiens battent l’Allemagne de l’Ouest 3-1 en finale, et Dino Zoff devient le plus vieux vainqueur d’une Coupe du Monde. Il est membre de l’équipe All-Star de la compétition.

Après avoir marqué son époque et gagné la plus belle des compétitions, Dino Zoff prend sa retraite internationale et honore sa dernière sélection le 29 mai 1983. A Göteborg, les Italiens s’inclinent 2-0 face à la Suède. Il joue son dernier match en club face à Hambourg le 25 mai 1983, en finale de Coupe des clubs Champions. A Athènes, la Juve va s’incliner sur le plus petit des scores, 1-0.

A propos Jules 2 Articles
"Je ne joue pas contre une équipe en particulier. Je joue pour me battre contre l'idée de perdre" Eric Cantona