Frère de la superstar Eden et du plus discret Kylian, Thorgan Hazard est presque inévitablement comparé à ses frères. Or, il se trouve que personne dans la fratrie ne réalise actuellement une meilleure saison que lui. Portrait du numéro 10 de Mönchengladbach.

Derby du Nord dans le jardin familial

« Les deux clubs étaient intéressés mais avec mes parents, on a préféré Lens pour éviter les comparaisons avec Eden ». C’est ainsi qu’au lieu de suivre son frère en prenant la direction du LOSC, Thorgan rejoint les Sang et Or. Une migration vers le Pas-de-Calais justifiée par le talent des garçons mais aussi par le manque d’infrastructure en Belgique. Il faut dire que leur entourage fut propice au bon déroulement de leurs carrières respectives. Son père, ancien footballeur semi-professionnel, et sa mère, elle-même très engagée dans le football puisqu’elle rencontra son mari lors d’un match, se sont installés à cinquante kilomètres de la frontière française pour pouvoir suivre la fratrie dans ses périples footballistiques.

À Lens, Thorgan suit le parcours classique. Il gravit les échelons petit à petit, jusqu’à mériter sa place dans le groupe professionnel aux côtés de certains Raphaël Varane et Geoffrey Kondogbia. Il joue 14 matchs de Ligue 2. En parallèle, il représente aussi son équipe nationale dans les catégories U16, U17, U18 et U19. Arrive donc Chelsea, qui se dit probablement que la génétique a encore fait des siennes et qu’il serait malin de recruter le frère après avoir déjà validé le transfert d’Eden un peu plus tôt. Nous sommes en été 2012 quand Thorgan signe, lui aussi, dans le club londonien.

De prêts en prêts

Chelsea décide d’inscrire immédiatement Thorgan sur la liste des prêts. Même si, pour l’anecdote, il joue vingt-cinq minutes en Premier League 2 avec les U21 de Chelsea. Celui-ci retourne dans son pays natal, à Zulte Waregem, qui n’est finalement qu’à une heure de Lens. La première saison de Thorgan chez les Belges se solde par une qualification en Ligue des Champions. En comptant les Playoffs, il prend part à trente-quatre matchs de Jupiler Pro League. Il inscrit quatre buts et sert dix passes décisives. Une première expérience très satisfaisante que Waregem souhaite reconduire la saison suivante, Chelsea accepte.

En 2013-2014, on retrouve un Thorgan Hazard encore plus impressionnant. Si le club est barré par le PSV en barrages de Ligue des Champions, il disputera néanmoins, après un autre barrage, les groupes de Ligue Europa. Thorgan s’illustrera bien dans ses premières péripéties européennes en disputant huit rencontres pour deux buts et trois passes décisives. À l’échelle nationale, c’est trente-neuf matchs, quatorze buts et seize assistances. Il remporte d’ailleurs le prix du meilleur joueur du championnat. On pourrait penser que son succès en Belgique pourrait lui valoir un bon de retour pour l’Angleterre. Mais il n’en est rien. Si le Belge voyage bien en direction de Londres, c’est pour repartir directement, cette fois du côté de l’Allemagne.

Thorgan s’installe donc à Mönchengladbach en 2014. Avec des statistiques un peu moins révélatrices, il obtient toutefois un bon temps de jeu et la faveur des fans. Une fois n’est pas coutume, le club est tellement satisfait qu’il aimerait bien prolonger le plaisir. C’est ainsi que le Borussia décide non pas de rempiler une année de prêt, mais de transférer définitivement le joueur. Thorgan signe donc au BMG contre huit millions d’euros en 2015.

Profil parfait ?

Outre les statistiques, Thorgan Hazard est un joueur éminemment complet. S’il a traditionnellement plus joué sur l’aile gauche que sur l’aile droite, le total est exactement équilibré cette saison. Droitier, il constitue donc plusieurs menaces : il peut aussi bien rentrer dans l’axe que dribbler sur l’aile. Il est d’ailleurs un excellent dribbleur qui sait attaquer avec vitesse, conformément à ce que la tactique de Dieter Hecking implique. C’est aussi et surtout un joueur qui sait lâcher le ballon au moment adéquat. De fait, il aspire premièrement les défenseurs vers lui grâce à ses dribbles, puis trouve l’espace dans le dos de la défense ou la course de ses coéquipiers pour mener à bien l’offensive.

De plus, Thorgan assume ses responsabilités offensives. Il n’hésite pas à descendre plus bas pour recevoir et remonter le cuir. Dans ce domaine, son entente avec Michael Lang, le nouveau latéral droit de Mönchengladbach, constitue une très grande menace pour les défenseurs adverses. Avec ce dernier, Thorgan jouit de plusieurs propositions lui permettant aussi bien de rester dans son couloir que de couper dans l’axe. Lang prend, lui, l’espace laissé libre par son compère. Par conséquent, les autres attaquants disposent de plus d’espace dans le bloc adverse, tant le duo attire les défenseurs.

Mais son talent s’exprime également sans ballon. Dans la position du receveur, ses courses sont millimétrées. Thorgan a cette faculté de toujours avoir le défenseur adverse le plus bas dans son champ de vision pour ainsi adapter ses déplacements en conséquence. Ses moyennes par match de 31 sprints, le plus haut total du championnat, et de 11.4 kilomètres parcourus témoignent de sa combativité et de sa détermination qui le caractérisent.

Star du Borussia-Park

Nous avons donc affaire à footballeur très accompli dont la seule faiblesse serait la finition. Sur ce point, la saison 2017-2018 de Thorgan était la plus aboutie. Il terminait alors meilleur buteur du club avec dix réalisations, total qu’il est déjà sur le point de dépasser cette saison. En effet, dans l’exercice actuel, Thorgan n’en finit plus d’impressionner son monde. Avec huit buts et sept passes décisives en quinze matchs de Bundesliga, il dépasse même son frère Eden de quelques pions. En tout, la star belge est à 44 buts et 39 passes décisives en 164 matchs pour Gladbach.

Avec une telle œuvre dans ce club, à vingt-cinq ans et montrant une progression régulière, on est en droit de se poser la question de son avenir. S’il peut depuis quelques temps viser encore plus haut que le BMG, il a maintes fois répété son désir d’y rester. Néanmoins, il n’aura cet été plus qu’un an de contrat restant. Si le club désire le prolonger, des clubs comme l’Atlético Madrid ou le Borussia Dortmund se positionneraient actuellement pour s’attacher ses services. Ce serait également une bonne option pour le Bayern, pour qui l’après-« Robbery » est un enjeu majeur.

Il s’agirait aussi de développer le palmarès de Thorgan Hazard, composé uniquement d’une médaille de bronze à la Coupe du Monde 2018. Ce à quoi il nous répondrait sans doute qu’il peut très bien le faire à Gladbach. Son club pointe actuellement à quatre points du leader Dortmund

A propos MatthiasT 20 Articles
Houssem Aouar est une formidable raison d'être heureux.