Alors qu’un nouveau changement d’entraîneur a eu lieu au Legia Varsovie, on s’attendait à voir Adam Nawałka nommé à la tête du champion de Pologne. Il n’en a rien été. En effet, c’est l’ancien adjoint Aleksandar Vukovic qui a été nommé, dans un intérim qui pourrait bien se prolonger. Pourtant, tous les experts étaient d’accord sur le fait que Nawałka était le meilleur choix possible. Alors, pourquoi pas d’Adam Nawałka au Legia ? Éléments de réponse.

Trop strict ?

La première hypothèse envisagée est le caractère trop strict de l’ancien sélectionneur polonais. En effet, Adam Nawałka aime avoir un contrôle total des habitudes de ses joueurs. Mais surtout, il aime tout diriger par lui-même, et ne laisse que peu d’espaces à ses adjoints. L’ancien sélectionneur de la Pologne veut être le responsable de ce qui se passe, et non pas le coresponsable. Or, ce n’est pas réellement la politique que le Legia veut mener. En effet, le club de la capitale recherche aujourd’hui un entraîneur pour gagner des matchs plus qu’un entraîneur pour révolutionner la structure du club. Cela ne veut pas dire que le club n’a pas besoin de changement dans sa manière de fonctionner.

En effet, il y a un manque de stabilité aujourd’hui au sein des instances du club : les entraîneurs viennent et se succèdent, la direction peut sembler changer de cap du jour au lendemain, et un gros manque de lisibilité au sein de la stratégie sur le marché des transferts est visible.

Mais c’est aussi peut-être ce qui a fait peur aux dirigeants du Legia Varsovie dans le dossier Nawałka. En effet, s’ils embauchent un technicien relativement renommé et porteur d’un projet sur le long-terme, ils se bloquent la possibilité de changer complètement de direction. Dans un football polonais où les logiques sont bien trop souvent court-termistes – il n’y a qu’à voir les difficultés de l’Ekstraklasa -, faire un choix sur le long-terme est particulièrement risqué.

Pas le bon moment pour Nawałka ?

Mais si Nawałka n’a pas signé au Legia Varsovie, c’est aussi parce que celui-ci ne désire pas forcément venir tout de suite au Legia Varsovie. En effet, le technicien polonais aurait préféré pouvoir commencer à travailler durant la pré-saison et bâtir son groupe de zéro. Il n’a pas non plus envie d’être tributaire d’une préparation physique construite par son ou ses prédécesseurs, mais préfère au contraire adapter ses exigences aux joueurs et les préparer individuellement.

Le groupe est également un peu vieux, et manque de très bon joueurs, aux dires de Nawałka. En effet, le meilleur joueur l’an passé a sans douté été le gardien de trente-huit ans Arkadiusz Malarz et le milieu Michal Kucharczyk. Il n’y a plus la fougue offensive d’Aleksandar Prijovic ou de Nemanja Nikolic. Vadis Odidja-Ofoe lui aussi s’en est allé. Et le Legia a déjà été éliminé de la Ligue des Champions dans des circonstances un peu ridicule, comme il l’avait été l’an passé. Bref, autant de facteurs qui ne rassurent pas Nawałka et ne lui donnent pas envie de travailler à Varsovie.

D’autre part, ce n’est pas que sur le Legia Varsovie que se porte le refus d’Adam Nawałka. En effet, celui-ci est éreinté par la difficile Coupe du Monde de la Pologne, et a besoin de se reposer afin de se ressourcer quelque peu. Il reprend tout doucement son souffle, et attend des propositions diverses. Seulement, ces propositions arrivent assez lentement. Et il faut à chaque fois passer par plusieurs intermédiaires, ce qui peut ralentir le processus.  Quoi qu’il en soit, le temps peut encore être assez long avant que l’ancien sélectionneur de la Pologne ne retrouve un poste… au Legia, ou ailleurs.

A propos NSOL 563 Articles
"L'homme passe la moitié de son temps à se forger des chaînes, et l'autre moitié à se plaindre d'avoir à les porter." (Eugène Ionesco)