Alors que la Coupe du Monde bat son plein, de nouvelles lois font leur apparition. Tout le monde a pu constater l’apparition d’un quatrième changement par exemple lors d’Espagne – Russie, mais d’autres aspects ont changés. Petit tour d’horizon des nouvelles lois à venir.

Équipements électroniques

Moyens de communication

A partir de cette saison, il sera possible d’utiliser des systèmes de communication électronique. Ils seront autorisés pour le bien-être ou la sécurité des joueurs, mais aussi à des fins tactiques. Toutefois, seuls de petits appareils mobiles et manuels, tels qu’un microphone, une paire d’écouteurs, un téléphone portable, une montre connectée ou bien une tablette ou un ordinateur portable pourront être utilisé. Si un membre du staff utilise un équipement non autorisé, il sera exclu.

Moyens de suivi de performance

Nombreux sont les clubs qui utilisent des « trackers » sur leurs joueurs au cours des matchs – pour analyser leurs performances principalement. Les lois qui rentrent en vigueur encadrent cela d’un peu plus près. L’arbitre devra s’assurer de la non-dangerosité de ces objets, qui devront tous porter le label « IMS ».

Remplacements

Nombre de remplacements

Dorénavant, il y aura une plus grande flexibilité au niveau du nombre de remplaçants. Ainsi, chaque compétition pourra décider indépendamment le nombre de remplaçants – entre trois et douze – qu’il est possible d’inscrire. Par ailleurs, comme lors du mondial, un remplacement supplémentaire pourra être autorisé en cas de prolongations.

VAR

Mise en place sur le terrain

Comme au mondial, une salle de vidéo sera doublée d’une zone de visionnage. L’arbitre aura donc son petit écran à côté du terrain.

Salle de visionnage

La salle de visionnage est celle dans laquelle l’équipe vidéo visionne les images. Elle pourra être dans un bus à proximité, au central de la Ligue ou bien dans le stade même, ou dans tout autre lieu approprié. Seules les personnes autorisées peuvent entrer dans la salle de visionnage ou communiquer avec l’arbitre assistant vidéo et son équipe. Tout acteur du match qui tenterait de pénétrer dans la salle prendrait un carton rouge.

Zone de visionnage

Lors des matches pour lesquels le recours à l’assistance vidéo à l’arbitrage est permis, il doit y avoir au moins une zone de visionnage au bord du terrain, où l’arbitre peut procéder à un visionnage des images.

Un joueur, remplaçant ou joueur remplacé qui pénètre dans la zone de visionnage sera averti, tandis qu’unmembre du staff ou un dirigeant fera l’objet d’une remontrance verbale officielle (ou d’un avertissement si des cartons jaunes peuvent être adressés aux officiels d’équipe).

Utilisation de la vidéo

La vidéo ne pourra être utilisée que pour valider ou refuser un but ou un penalty, confirmer l’impression d’un carton rouge et identifier un joueur. L’arbitre sera seul juge au final, avec les indications fournies par son assistant et les images qu’il aura vu.

Arbitres vidéo

L’arbitre assistant vidéo peut aider l’arbitre principal à prendre une décision à l’aide des images du match, mais uniquement dans le cas d’une « erreur manifeste » ou d’un « incident grave manqué », c’est à dire les infractions ci-avant. Par ailleurs, c’est à l’arbitre vidéo de maintenir le décompte du temps perdu à utiliser la vidéo.

A propos Pierre 38 Articles
Développeur Gestionnaire des pronos Rédacteur