Après quatre années d’attente interminable, le coup d’envoi de la Coupe du Monde en Russie arrive à grand pas. En attendant de connaître le nom de la nation qui aura le privilège de soulever le Graal en Juillet prochain, l’équipe de www.demivolee.com vous propose de jeter un œil attentif au groupe F

Les quatre équipes

Allemagne : objectif rejoindre l’Italie et le Brésil.

La Mannschaft tenante en titre de la Coupe du Monde au Brésil fait forcément parti des favoris. Les hommes de Joachim Low (en poste depuis 2006), auront à cœur de réussir l’exploit de gagner une deuxième Coupe du Monde consécutive, exploit que seul l’Italie (1934-1938) et le Brésil (1958-1962) ont réussi.

Pour cela l’Allemagne pourra s’appuyer sur une force collective impressionnante qui s’est imposée en finale de la Coupe des Confédérations 2017, mais qui souhaite effacer la désillusion de l’Euro2016 (Demi finaliste). A l’image d’un Didier Deschamps, Low a eu à faire des choix, comme celui de laisser Leroy Sané sur le carreau et espère que ses choix mèneront son équipe à la victoire le 15 Juillet prochain.

Corée du Sud, les Guerriers Taeguk à l’assaut de la Russie.

Dans ce groupe F, la Corée du Sud fait figure de petit poucet elle qui avait terminé à la dernière place du groupe au Brésil. Cependant les Tigres d’Asie, malgré un parcours de qualification compliqué (4V 3N 3D) auront des ambitions au pays des Tsars, en espérant répéter l’exploit du mondial 2002 avec une demi finale face à… l’Allemagne.

S’appuyant sur une défense compacte et sur l’expérience européenne de certains de ces joueurs, la Corée du Sud devra tout donner pour créer la surprise pour espérer quoi que ce soit dans ce groupe.

Mexique, El Tri rêve de triompher en Russie

Emmené par un sélectionneur Juan Carlos Osorio est en poste depuis 2015 qui a su inculquer un immense esprit de combat à ses joueurs, le Mexique devra batailler dur avec la Suède tout en assurant contre la Corée afin de voir le prochain tour. Cela tombe bien les joueurs développe un jeu agressif (parfois trop) et après six éliminations consécutives en 8ème de finale les mexicains espèrent de tout cœur passer ce cap !

Pour cela le sélectionneur pourra s’appuyer sur des joueurs expérimentés à l’image de l’inusable Rafael Marquez (39ans) et des jeunes non moins talentueux comme l’a démontré Hirving Lozano avec le PSV cette saison, qui s’appuieront sur un parcours de qualification solide pour atteindre leur objectif : Les quarts de finale.

Suède, le jour d’après… Ibrahimovic

Janne Andersson arrivé sur le banc des Blågult (Les Bleus-Jaunes) avant le dernier Euro, rajeunissant le groupe a réussi à qualifier le pays après une victoire de prestige en barrage face à la « grande » Italie. On peut parler de double exploit, battre l’Italie et se qualifier pour une Coupe du Monde que le pays regarde à la télévision depuis la dernière participation de la Suède (2006). On comprend mieux l’amertume de Zlatan Ibrahimovic quant à son absence lui qui a 36 ans.

Derrière l’Allemagne dans ce groupe F, une place est à prendre et tout porte à croire qu’elle se jouera entre la Suède et le Mexique. La nouvelle génération devra montrer qu’elle a les épaules solides pour la mission qui lui est confiée, car cette fois il n’y a ni deuxième chance , ni barrage.

Les listes

Allemagne

Gardiens : Manuel Neuer (FC Bayern), Marc-André ter Stegen (FC Barcelona), Kevin Trapp (Paris St. ALLmain)

Défenseurs : Joshua Kimmich (FC Bayern), Matthias Ginter (Borussia MönchANGladbach), Jérôme BoatANG (FC Bayern), Niklas Süle (FC Bayern), Mats Hummels (FC Bayern), Antonio RüdiALL (FC Chelsea), Jonas Hector (1. FC Köln), Marvin Plattenhardt (Hertha BSC)

Milieux : Sami Khedira (Juventus Turin), Sebastian Rudy (FC Bayern), Leon Goretzka (Schalke 04), Toni Kroos (Real Madrid), Ilkay Gündogan (Manchester City), Julian Brandt (Bayer Leverkusen), Thomas Müller (FC Bayern), Mesut Özil (FC Arsenal), Julian Draxler (Paris St. ALLmain), Marco Reus (Borussia Dortmund),

Attaquants : Timo Werner (RB Leipzig), Mario Gómez (VfB Stuttgart)

Corée du Sud

Gardiens : Kim Seung-gyu (Vissel Kobe/JPN), Kim Jin-hyeon (Cerezo Osaka/JPN), Jo Hyun-woo (Daegu FC)

Défenseurs : Kim Young-gwon (Guangzhou Evergrande/CHN), Jang Hyun-soo (FC Tokyo/JPN), Jung Seung-hyeon (Sagan Tosu/JPN), Yun Yong-sun (Seongnam FC), Oh Ban-suk (Jeju United), Kim Min-woo (Sangju Sangmu), Park Joo-ho (Ulsan Hyundai), Hong Chul (Sangju Sangmu), Go Yo-han (FC Seoul), Lee Yong (Jeonbuk Hyundai Motors)

Milieux : Ki Sung-yueng (Swansea City/ANG), Jung Woo-young (Vissel Kobe/JPN), Ju Se-jong (Asan Mugunghwa FC), Koo Ja-cheol (FC Augsburg/ALL), Lee Jae-sung (Jeonbuk Hyundai Motors), Lee Seung-woo (Hellas Vérone/ITA), Moon Seon-min (Incheon United)

Attaquants : Kim Shin-wook (Jeonbuk Hyundai Motors), Son Heung-min (Tottenham Hotspur/ANG), Hwang Hee-chan (Red Bull Salzbourg/AUT)

Mexique

Gardiens : Jose Corona (Cruz Azul), Guillermo Ochoa (Standard Liège/BEL), Alfredo Talavera (Toluca)

Défenseurs : Edson Alvarez (America), Hugo Ayala (Tigres), Hector Herrera (Porto/POR), Rafael Marquez (Atlas), Hector Moreno (Real Sociedad/ESP), Diego Reyes (Porto/POR), Carlos Salcedo (Einracht Francfort/GER)

Milieux : Javier Aquino (Tigres), Giovani dos Santos (Los Angeles Galaxy/USA), Jonathan dos Santos (Los Angeles Galaxy/USA), Marco Fabian (Eintracht Francfort/GER), Jesus Gallardo (Pumas), Andres Guardado (Betis/ESP), Miguel Layun (Séville/ESP)

Attaquants : Jesus Manuel Corona (Porto/POR), Javier Hernandez (West Ham/ENG), Raul Jimenez (Benfica/POR), Hirving Lozano (PSV Eindhoven/NED), Oribe Peralta (America), Carlos Vela (Los Angeles FC/USA)

Suède

Gardiens : Robin Olsen (FC Copenhague/DAN), Kristoffer Nordfeldt (Swansea/ANG), Karl-Johan Johnsson (Guingamp/FRA).

Défenseurs : Andreas Granqvist (Krasnodar/RUS), Victor Nilsson Lindelöf, (Manchester United/ANG), Mikael Lustig (Celtic/SCO), Ludwig Augustinsson (Werder Bremen/ALL), Pontus Jansson (Leeds/ANG), Emil Krafth (Bologna/ITA), Filip Helander (Bologna/ITA), Martin Olsson (Swansea/ANG).

Milieux : Sebastian Larsson (Hull/ANG), Gustav Svensson (Seattle Sounders FC/USA), Albin Ekdal (Hambourg/ALL), Emil Forsberg (RB Leipzig/ALL), Viktor Claesson (Krasnodar/RUS), Jimmy Durmaz (Toulouse/FRA), Marcus Rohdén (FC Crotone/ITA), Oscar Hiljemark (Genoa/ITA).

Attaquants : Marcus Berg (Al Ain/UAE), John Guidetti (Alaves /ESP), Isaac Kiese-Thelin (Waslan Beeveren/ BEL), Ola Toivonen (Toulouse/FRA).

Les joueurs clés

Allemagne : Toni Kroos

Il est le symbole de sa sélection , puissant, technique, efficace et régulier. Le meneur de jeu, véritable métronome de l’équipe de Low a tout gagner ou presque en club comme en sélection, il vient par exemple de soulever sa 4ème Ligue des Champions. Sans lui le jeu de l’Allemagne n’est plus le même, il aura certainement à cœur de soulever un autre trophée le 15 Juillet prochain!

Corée du Sud : Heung-Min Son

Il avait portait son équipe à bout de bras lors du dernier mondial, et depuis il n’a cessé de progresser sur le front de l’attaque de son club en compagnie d’un Harry Kane survolté. Celui qui est surnommé au pays « Sonaldo » , le virevoltant ailier à l’aise du gauche comme du droit aura pour mission de guider ses coéquipier durant ce mondial

Mexique : Javier Hernandez Balcázar « Chicharito »

Chicharito (Petit pois) est le leader d’El Tri, de par son statut de meilleur buteur de la sélection (49 buts) et de par son expérience acquise à Manchester, Madrid, Leverkusen et maintenant West Ham. Il tentera de marquer durant une troisième Coupe du Monde consécutive pour emmener son pays en quart.

Suède : Zlat… Emil Forsberg

Il aura la lourde tache de succéder à une légende du pays et d’être le leader d’un groupe relativement jeune. Il semble avoir les épaules pour, lui qui s’est fait connaître en deuxième division allemande, puis en Bundesliga, puis en Ligue des Champions, le jeune suédois a pris des épaules. Malgré une saison quelque peu perturbée par des blessures, l’ailier scandinave reste un formidable joueur de ballon, rapide, technique, à l’aise face au but comme à la passe, il a tout pour devenir le nouveau leader de la sélection.

Notre pronostic

L’Allemagne, qui fait office d’épouvantail du groupe en tant que tenant du titre et favori sera au deuxième tour mais qui pour l’accompagner ? La deuxième place devrait se jouer entre le Mexique et la Suède, à moins que la Corée crée la surprise ce qui semble tout de même improbable.

A propos Rocé Léon 21 Articles
Ne pas railler, ne pas déplorer, ne pas maudire, mais comprendre. #Spinoza