Alors qu’une nouvelle année commence, et que les gens se souhaitent des santés d’enfer, du bonheur plein les yeux, et des paillettes plein les cieux, me vient l’envie de souhaiter que 2018 permettent encore de revoir ce joueur si précieux, celui sans lequel aucun match de football ne pourrait avoir lieu. Oui, toi, celui qui fait le nombre. Et oui, toi, celui qu’on appelle au dernier moment et qui vient.

Merci à toi camarade.

Dans le football de loisir, les équipes ne sont pas constituées à l’avance. C’est souvent en arrivant sur le terrain que l’on se rend compte qu’être un nombre impair pour faire deux équipes, c’est mal pratique. Alors il existe quelqu’un qui est d’une race à part. Quelqu’un sur qui l’on sait que l’on peut compter. Et que l’on appelle en dernier recours. A qui l’on envoie un SMS désespéré. Voilà d’ailleurs à quoi ressemble souvent la conversation.

Equitables.

Ces personnes-là sont rarement de celles qui forment les équipes. Et elles sont rarement également les plus techniques, les plus entrepreneuses sur le terrain. Pourtant, elles sont essentielles. Dans la constitution d’un groupe, dans la création d’une harmonie collective, il y a un réel besoin de ces personnes. Car sans elles, rien n’est possible. Le football est un sport d’équipe où l’équité numérique est importante, à défaut d’équité sportive. C’est justement parce que c’est au talent de faire la différence que le football gagne de son intérêt.

Toujours présent.

Et ce camarade est présent. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente. Il aime le football. Il rate des passes. Et embête un peu par la faiblesse de son niveau de jeu. Mais personne ne lui en veut. Car c’est grâce à lui que le football est praticable. C’est sans doute l’un des plus beaux créateurs de jeu qu’il soit. Plus important encore que le plus beau et le plus technique des numéros dix. Alors merci à toi, camarade. Toi qui avec tes pieds, ta tête, tes mains et ton courage, vient nous aider à apprécier ce sport. Et que toi et tes copains, en 2018, continuiez de prendre et de donner ce plaisir avec le ballon.

A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)