Ce dimanche, l’AS Saint-Étienne et l’Olympique lyonnais s’affrontent dans un explosif derby. Match au sommet de la 12ème journée de Ligue 1, nous avons imaginé (avec un peu d’humour) quel serait le scénario de cette rencontre. Sortez le pop-corn.

L’avant-match

Dimanche 5 novembre 2017, début de soirée. Les premiers supporters commencent à entrer dans l’enceinte de Geoffroy-Guichard, tandis que les plus chauds mettent l’ambiance aux abords. Un bus arrive, c’est alors que ces derniers décident de se jeter dessus (et non pas dessous). Cailloux, parpaings, boîtes de quenelles Casino…tout est projeté sur un autocar qui devient presque décapotable. Soudain, l’un des Ultras arrête tout le monde : “On s’est trompé de bus les gars !”. La tuile. Avec l’aide de la police, les joueurs stéphanois atteignent finalement le stade. Fabien Lemoine, sous le choc, éteint la télé.

Quelques instants plus tard, il est temps de s’échauffer. Joël Bats, fidèle entraîneur des gardiens de l’OL, nous refait le coup de l’écharpe dans les filets. Se rendant compte de la phrase inscrite dessus, les supporters débarquent sur le terrain et déclenchent une bagarre générale. Il faut dire que la phrase “lé vert en temp cule” semble quelque peu provocatrice, dans une ambiance qui était déjà électrique. Anthony Lopes, blessé au second tympan, est forfait pour le match, c’est Mathieu Gorgelin qui occupera le poste de gardien de but. Cela derrière une défense surprise de Genesio, puisque Mapou Yanga Mbiwa fait son retour dans le XI. Il est installé aux cotés de Marcelo, ainsi que de Marçal et Tete dans couloirs. Oscar Garcia, lui, est privé de son capitaine Loïc Perrin et c’est Léo Lacroix qui le remplacera, l’ancien partenaire de Gabriel Jesus.

1ère mi-temps

Saint-Étienne démarre fort

Il est l’heure. Le derby va enfin commencer, dans une ambiance aussi électrique que la dernière douche de Claude François. Les lyonnais, grâce à l’aide de l’arbitre, remportent le toss et donneront donc le coup d’envoi. C’est parti à Saint-Étienne, et c’est Nabil Fekir qui s’occupe de cette première balle. Dans les tribunes, un vrai environnement de grand match. Corentin Tolisso, venu voir ses anciens coéquipiers, se met à jeter sur la pelouse des fumigènes, avant de se faire remettre en place par sa copine. Déjà une interruption, après 14 secondes de jeu et 3 frappes de loin signées Mariano Diaz.

Tout revient à la normale quelques minutes après. Le football peut reprendre ses droits, c’est donc à ce moment-là que Bruno Genesio décide d’aller s’assoir sur son banc.  Les deux équipes s’observent et c’est l’ASSE qui obtient le premier coup-franc dangereux de la partie, après un étranglement de Mapou sur Rémy Cabella. L’arbitre, ne pouvant montrer l’intentionnalité du geste, ne sort pas de carton. Le coup-franc est frappé par Cabella lui-même. Mathieu Gorgelin s’élance dans sa lucarne afin de sauver le missile posé par ce dernier mais se trompe de coté. Ouverture du score de Saint-Étienne, après seulement de 8 minutes de jeu.

Cabella prendra un carton jaune après avoir célébré grâce à un signe JUL.

L’OL doit se réveiller. Pour cela, Bruno Genesio sort son mégaphone…alors qu’un énorme “MARQUEEEEEZ” se fait entendre dans le stade. Motivé par son coach, Memphis Depay reçoit le ballon et se lance dans une série de dribbles exceptionnelle. Un adversaire passé, puis deux, puis trois, puis quatre ! Tout cela avant de se rendre compte qu’il avait malheureusement perdu le ballon juste après le premier stéphanois éliminé. Le match se poursuit et après 30 minutes de jeu, les Verts mènent toujours par un but à rien. Nous arrivons ensuite aux alentours de la trente-cinquième minutes. Après un duel acharné entre Lucas Tousart et Ola Selnaes, le ballon part en touche. L’arbitre décide alors de donner la balle aux lyonnais, avant de finalement faire confiance à l’arbitrage vidéo. Plusieurs replays sont effectués, alors que 15 minutes sont passées. La décision finale est prise, touche pour l’OL.

Plus grand chose se passe jusqu’à la mi-temps, si ce n’est une demi-douzaine de cartons jaunes.

2ème mi-temps

Un coaching des grands soirs

Alors qu’un traité de paix vient d’être signé entre les deux équipes, le match peut redémarrer. Bruno Genesio fait entrer Morel, ce dernier remplaçant Ndombélé. Fier de ce score, l’entraineur lyonnais souhaite “le conserver”, puisqu’il maintiendrait le club dans le Top 8. De son coté, Oscar Garcia passe une soufflante à ses dirigeants, les radiateurs des vestiaires ne marchant toujours pas. Une seconde période qui commence aussi doucement que la première s’est terminée, il va falloir faire rentrer du sang neuf.

Coté stéphanois d’abord, Oscar Garcia est tenté par faire rentrer Kevin Monnet-Paquet, l’homme au crâne aussi bizarre que son nom. Au niveau du banc lyonnais, on cherche Clément Grenier. Retrouvé quelques minutes après à la buvette, il rentre donc sur le terrain sans échauffement, mais avec une belle gueule de bois. Geoffroy-Guichard ne sait pas s’il faut siffler ou applaudir le joueur, c’est donc un nouveau fumigène qui est projeté des tribunes. 70 minutes de jeu déjà, et l’ASSE est toujours en tête dans ce derby. Houssem Aouar remplace Memphis Depay, alors que ce dernier se chamaillait avec son coéquipier Mariano Diaz, tous deux souhaitant jouer une touche. Trop c’est trop, Genesio recadre le néerlandais lors de sa sortie…Bernard Lacombe en pleure et déclare au micro de Paga : “Il me rappelle Adolf Hitler à ses grandes heures, quel charisme”.

Une fin de derby folle

Sur le terrain, tout s’accélère, à part Grenier. Vincent Pajot lance Monnet-Paquet, nouveau rentrant, en profondeur alors que ce dernier remet en retrait pour Loïs Diony. Au point de penalty, l’ancien dijonnais place une frappe puissante mais non cadrée. Jeremy Morel, souhaitant éviter la sortie de but, dévie le ballon de la tête…dans ses propres filets. C’est la fête dans le stade, Sainté mène 2-0 alors qu’il ne reste que 10 petites minutes. Sur twitter, Jean-Michel Aulas commente ce but d’un petit “j morel enkor buteur vs 1 gro club: ke disait l café du commerce?“.

Ça ne sent pas bon pour les lyonnais. Ni la barre, ni les filets de Stéphane Ruffier n’auront vibré alors que le match touche à sa fin. Nous jouons la 87ème minute et c’est Houssem Aouar qui est en possession du cuir. Le nouveau chouchou de la cité des Gones souhaite prendre le match à son compte, c’est pour cela qu’il part seul balle au pied…et obtient un coup-franc. Carton jaune pour Théophile-Catherine et ça y est : les 22 titulaires ont reçu un carton jaune, nouveau record. Après un chifumi intense, Clément Grenier remporte le droit de frapper ce coup de pied arrêté, situé à distance parfaite. Son coup du pied, digne du célèbre Juninho, fait flotter un ballon qui trouve le petit filet des buts du Groupama Stadium. Problème, le match se joue bien à Saint-Étienne. 6 mètres.

Clément Grenier après son coup-franc

Malgré cela, les offensives continuent et la défense stéphanoise va devoir être solide. L’arbitre annonce 8 minutes de temps additionnel alors que le public serre les fesses. Sur un exploit personnel, Nabil Fekir réduit le score. Raymond Domenech s’empresse d’aller sur le réseau social à l’oiseau bleu, et lâche : “Bravo à Bruno Genesio pour son crochet pied gauche suivi de cette belle frappe“. Une demi-douzaine de minutes à jouer, c’est irrespirable. L’OL joue en 0-1-9, Lucas Tousart étant obligé de défendre tout son camp entre deux arbres coupés.

97ème minute de jeu et Mariano obtient un corner suite à une frappe de la tête des 25 mètres. Le stade s’arrête de respirer. Fekir pose le ballon dans l’angle et prend son élan. La courbe du ballon est belle, et elle trouve la tête de Diakhaby. Les 22 joueurs étant présents dans la surface de réparation, c’est un véritable billard : on ne voit plus le ballon mais tout le monde frappe. Le ballon se retrouve mystérieusement dans le but de l’ASSE. Incompréhension totale mais l’arbitre valide le but, et le match se termine sur un improbable 2-2. Malgré les nombreux ralentis, impossible de déterminer un buteur, c’est donc Bruno Genesio qui est inscrit comme tel sur la feuille de match.

2-2 score final, l’OL descend du podium après une victoire de l’OM sur un triplé de Patrice Evra.

 

A propos François 128 Articles
Rédacteur pour demivolee.com et fier de lettre.