Dante : “On connaît la Ligue des Champions”

Dante : "Le stade va prendre feu"
Dante : "Le stade va prendre feu"

L’OGC Nice de Lucien Favre doit marquer à deux reprises pour obtenir les prolongations, et à au moins trois reprises pour l’emporter. A la veille de la manche retour, à Nice, le défenseur brésilien Dante s’est présenté en conférence de presse. Car pour lui, il y a quelque chose à faire.

Dante, qu’est-ce qui peut faire la différence lors de ce barrage retour ?

Sur des matchs comme ça, il faut se faire violence. Si on n’est pas tous au top, ça ne passera pas. On devra travailler ensemble, être solidaires du début à la fin. C’est essentiel. Ce sont des matchs spéciaux dans une carrière. Pour espérer, il ne faudra pas prendre de but.

Il faudra également gérer vos émotions. L’expérience des cadres peut être un atout ?
Oui, avec Mario (Balotelli) et Wesley (Sneijder), on doit prendre nos responsabilités. On connaît la Ligue des champions, la direction qu’il faut prendre pour faire des grands matchs. Il faut qu’on prenne les choses en mains, si certains sont inquiets. On va devoir montrer la voie.

Pour Mario Balotelli, ça sera un match spécial, puisque toute l’Italie va le regarder…
C’est clair qu’il est très motivé. Mais dans sa tête, il veut surtout aider Nice. Il ne pense pas aux Italiens ou autre. Il revient bien. On espère tous qu’il va faire un gros match.

Son entente avec Wesley Sneijder, avec qui il a joué à l’Inter Milan, est-elle une aubaine ?
Welsey va nous apporter, c’est sûr. On voit qu’il est très motivé, qu’il va tout donner pour faire la Coupe du monde. Ce sont deux joueurs très intelligents, ça va s’entendre sans problème !

Le public niçois peut avoir de l’influence…
Bien sûr… Le peuple rouge et noir attend ce match avec impatience. Si on marque, le stade va prendre feu. On devra dans tous les cas garder notre lucidité.

Propos de Dante via Nice-Matin
A propos NSOL 431 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)