Bertrand Traoré : “L’esprit était important”

Bertrand Traoré
Bertrand Traoré

Après la cruelle désillusion des gones, avec un nul 3-3 contre les Girondins de Bordeaux, Bertrand Traoré, l’ailier buteur de l’OL, est revenu sur la rencontre au micro d’OLTV. Retrouvons ses propos.

Que faut-il retenir de ce match nul face à Bordeaux ?
« On est déçus. C’est comme si c’était une défaite. C’est frustrant de prendre un but à la dernière minute. On a longtemps tenu. On pensait qu’on avait fait le plus dur avec le troisième but. On ne va pas s’attarder là-dessus. Il faut encaisser cette déception et repartir vers l’avant. On savait que ça allait être difficile à 10 contre 11. On a essayé de faire les efforts les uns pour les autres. On doit garder du positif de ce match et continuer sur cette lancée. On va grandir au fil des matchs. L’état d’esprit a été bon, c’était important. On a montré qu’on avait la capacité de se surpasser. On a tout donné avec l’appui des supporters.

Quel regard-portes-tu sur ta prestation du jour ?
Avant chaque match, je me dis qu’il faut d’abord apporter défensivement car cela permet d’avoir une équipe stable. Il faut ensuite essayer de faire jouer les autres et d’être décisif. J’essaie de perdre le moins de ballon possible, c’est important. Je me suis bien senti sur le terrain. J’ai eu des applaudissements du public lorsque j’ai fait des retours défensifs. Ça pousse encore un peu plus pour se battre pour l’équipe.

Racontes-nous ce premier but avec l’OL avec ce coup-franc…
Je pose le ballon. J’ai dit à Nabil Fekir que je voulais le tirer. J’ai vu que le mur était bien placé pour moi et mon pied gauche. Je marque souvent des coup-francs comme cela. Pour l’anecdote, je fais des compétitions dans cet exercice avec mon grand frère en sélection. »

Propos de Bertrand Traoré via OLWEB
A propos NSOL 450 Articles

“Vous qui aimez dans l’écrivain l’absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache ces quelques hideux feuillets de mon carnet de damné.” (Arthur Rimbaud, Prologue d’Une Saison en Enfer, 1873)

  • goelyon

    Il va nous fare un bien fou ce joueur