Les paris sportifs prenant une place importante dans le porte-monnaie de beaucoup de fans, les sites les concernant se multiplient. Mais quelles types de cotes existent, et comment sont-elles calculées ?

Comment fonctionne un pari ?

Tout d’abord, il est important de rappeler comment fonctionne tout ce petit bazar. Pour chaque match, un parieur peut pronostiquer le résultat qu’il pense juste. Le plus célèbre est évidemment le pronostic sur la fin du match, mais il en existe un nombre très élevé : score à la mi-temps, écart de buts, joueur qui marquera en premier…vous avez du choix. Pour toutes ces options, il existe des cotes, dont le mode de calcul sera expliqué plus tard. Bref, des cotes qui vont de 1,01 (pronostic pratiquement sûr à 100%) jusqu’à l’infini et qui se multiplient par votre mise. Un exemple ?

Imaginons qu’un match Paris – Lyon ait bientôt lieu. Paris joue à domicile, Lyon à l’extérieur et le pronostic se réalise sous la forme 1/N/2 (le 1 étant Paris et le 2 Lyon).  La cote du PSG est de 1,40; celle du nul 2,30 et celle de la victoire lyonnaise de 3,50. Vous décidez de miser sur l’OL. Allez, on va dire que c’est la dèche, vous ne mettez que 5€. BIM, Lyon s’impose 1-0 grâce à un pénalty, et vous remportez votre prono : le calcul est donc la mise x la cote, soit 5€ x 3,50. Hop, vous mettez 17€50 dans la poche ! Capiche ?

Mais d’où sortent les cotes ?

À l’époque, ces cotes étaient uniquement déterminées par des humains. Ce n’était donc pas Zinédine Zidane qui se chargeait de cela, mais des bookmakers connaissant leur sport sur le bout de leurs doigts. Vous imaginez bien que c’était un peu chaud, et que la précision n’était pas à son apogée. De nos jours, ces bookmakers sont toujours présents évidemment, mais ils ne sont plus tout seuls.

En effet, les machines prennent désormais une place phare dans ce domaine (et dans tous les autres domaines d’ailleurs). Des logiciels, sont aujourd’hui au cœur de tout ça, et c’est pas de la merde. Des milliers de lignes, prenant en compte des années de résultats d’une équipe, se voient relire par cette machine, qui va ensuite en sortir un chiffre : la cote d’un match. Bien sur, il est nécessaire d’y ajouter une touche artificielle…imaginez qu’un joueur de tennis revienne de blessure et ne soit pas au meilleur niveau, où qu’une équipe de football voit la moitié de son effectif se blesser. C’est pour cela que les bookmakers sont toujours présents, afin de finaliser cette cote et de la faire la plus intelligente possible. Si vous vous cassez la tête en voulant parier, c’est à cause d’eux, et c’est normal.

Peuvent-elles changer au fil du temps ?

C’est environ une semaine avant le match que les cotes sont dévoilées. Après cela, les bookmakers ne laissent pas tomber le match, loin de là. Parce qu’il faut analyser la réaction des parieurs, les professionnels peuvent légèrement changer la cote si la victoire d’une équipe est trop choisie par exemple. Bah ouais, si tout le monde se jette dessus, c’est que c’est bien trop intéressant ! Rien de bien grave, si vous choppez une bonne cote, cette dernière restera avantageuse malgré la petite retouche.

La cote fixe

La cote fixe, c’est celle dont je viens de vous parler. C’est celle de base, que tous les paris sportifs classiques (football, basket, rugby, tennis…) adoptent. Une cote créée par les machines et les bookmakers, et qui ne change pas ou très peu. Vous le saviez peut-être pas, mais ce n’est pas le seul système de pari sportif : heureusement que j’écris cet article !

La cote mutuelle

La cote mutuelle est l’autre solution, bien différente. Elle s’applique principalement du côté des paris hippiques et se base sur la relation entre l’offre et la demande. En fait, la cote est déterminée par les parieurs eux-mêmes, puisque plus elle est jouée, plus elle baisse. De base, vous pariez donc sur un chiffre insignifiant : vous ne connaissez la cote exacte seulement quand l’événement débute. Quelques sites de paris sportifs classiques ont tenté ce système-là, mais force est de constater que cela ne fonctionne pas avec des sports tels que le football. Il s’agit donc de quelque chose de plus compliqué, et qui demande plus de réflexion.

Évidemment, cet article n’a pas pour but de vous influencer à jouer aux paris sportifs. Jouer comporte des risques tels que l’endettement et l’isolation ! On vous fait confiance.

A propos François 128 Articles
Rédacteur pour demivolee.com et fier de lettre.