Loïc Perrin, capitaine embllématique de l’ASSE, s’est exprimé au micro de l’Equipe. Retrouvons ses propos.

Le changement d’entraîneur marque-t-il un changement d’ère ?
Forcément, et ce n’est pas plus mal, car cela implique une remise à plat et en question. Surtout pour nous, qui avons eu Christophe (Galtier) pendant presque dix ans.

Est-ce excitant ou stressant ?
Ce n’est pas stressant du tout et j’espère que ce sera une saison excitante.

Au regard de la concurrence accrue, que peut espérer Saint-Étienne ?
C’est une bonne question. Les choses se compliquent car des clubs comme le Paris-SG, Lyon, Marseille et Monaco ont mis beaucoup de moyens pour finir dans le top 5. Lille, Nice, Bordeaux et Rennes peuvent également y prétendre. Il y a donc ces huit clubs plus nous, sans oublier une équipe surprise, comme Guingamp a pu l’être la saison passée. Toulouse et Nantes peuvent le devenir cette année. Il n’y aura donc pas de la place pour tout le monde.

Terminer au milieu de tableau constituerait-il un échec ?
Nous n’en avons plus l’habitude et ce n’est ni ma volonté ni celle du club. Mais on a vu la saison passée que ça s’est joué à un point, entre la septième et la dixième place.

Ne plus avoir une obligation de finir européen peut-il constituer un avantage ?
Mettre des ambitions élevées ne nous a pas freinés les années précédentes. Cette année, elles ne sont pas très précises. L’Europe peut être un objectif bonus. J’espère avant tout qu’on jouera le plus libéré possible car c’est comme ça qu’on est performants.

Propos de L0. Perrin via L’Equipe
A propos NSOL 573 Articles
"L'homme passe la moitié de son temps à se forger des chaînes, et l'autre moitié à se plaindre d'avoir à les porter." (Eugène Ionesco)