Oscar Garcia : « Sainté ? Le meilleur choix ! »

ASSE
Association Sportive de Saint-Étienne

Oscar Garcia a livré ses premiers mots en tant qu’entraîneur de l’AS Saint-Etienne. Retrouvons-les via ASSE.

Que ressentez-vous en rejoignant l’AS Saint-Etienne ?
Je suis vraiment très heureux de devenir l’entraineur de l’AS Saint-Etienne. Pour moi, le fait de venir ici, dans ce club historique, constitue une très belle opportunité. Je sens la confiance des dirigeants, Bernard Caïazzo et  Roland Romeyer, de Dominique (Rocheteau) et de David (Wantier). Nous voulons continuer d’écrire l’histoire du club. J’ai hâte de rencontrer les joueurs et de discuter avec chacun d’entre eux.

Pourquoi avez-vous décidé de quitter le Red Bull Salzbourg pour signer à l’AS Saint-Etienne ?
Il y a bien sûr la confiance des dirigeants mais aussi les images des supporters. On travaille et on joue pour les fans. C’est aussi pour cela que je suis très content d’être ici et de pouvoir compter sur un tel soutien. A Salzbourg, nous en avions moins. Les voir au stade Geoffroy-Guichard sera merveilleux. Désormais, il y a un nouveau supporter des Verts comme coach.

Quels sont les entraîneurs dont vous vous inspirez ?
J’ai eu de très bons entraîneurs au cours de ma carrière. Certains ont même marqué le football à l’image de Johan Cruyff, José Mourinho et Louis Van Gaal. J’ai eu la chance d’évoluer sous leurs ordres et j’ai beaucoup appris de chacun d’entre eux. Aujourd’hui, ma volonté est de transmettre à mon tour afin que mes joueurs puissent apprendre à mon contact.

Quel regard portez-vous sur l’ASSE et la Ligue 1 ?
Quand on vient ici, on sait que l’on arrive dans un club historique. Comme je l’ai dit, l’AS Saint-Etienne a une grande histoire et de très bons supporters. La Ligue 1 est un championnat très physique, qui compte de nombreux très bons joueurs. C’est une chance pour moi et pour Saint-Etienne. Je crois que l’on peut faire du bon travail ici et réaliser une belle saison. Saint-Etienne, c’est le meilleur choix pour moi !

A propos NSOL 299 Articles
"La première liberté de la presse, c'est de n'être pas un métier" - Karl Marx, 1842.