Le Dour : « Aller chercher le maintien »

FC Lorient
FC Lorient

Après avoir connu la relégation de l’équipe masculine, c’est désormais l’équipe féminine du FC Lorient qui va lutter pour le maintien. Ils auront un match décisif aujourd’hui, à 15h, contre Orvault. Retrouvons les propos d’Alain Le Dour.

Le Dour, quelle prestation a réalisé ton équipe contre Condé ?
Alain Le Dour : Nous avons réalisé un meilleur match que lors de la rencontre aller. On a surtout été plus efficace. Certes, il y avait beaucoup de pression sur ce match mais les filles l’ont bien géré. Psychologiquement, ce sont des rencontres pas évidentes à appréhender. C’est autre chose qu’un match de coupe. Nous étions obligés de faire un résultat. Et nous l’avons fait.

Dimanche, vous affrontez Orvault pour le dernier barrage. Que peux-tu nous dire sur cette formation ?
Alain Le Dour : Au tour précédent, Orvault a sorti Hénin Beaumont, une grosse équipe de DH qui avait notamment participé à une demi-finale de Coupe de France. Ce qui n’est pas rien. Orvault est une belle équipe de DH composée notamment de plusieurs joueuses passées par Le Mans. C’est un club qui a déjà la Division 2. Ce sera donc un adversaire sérieux.

Tu t’attends donc à une rude confrontation…
Alain Le Dour : Oui, bien évidemment. Mais les filles sont dans un très bon état d’esprit avant d’aborder ces deux rendez-vous. Ça fait un moment que l’on espérait ce scénario. Aujourd’hui, nous y sommes. La saison aura été longue mais il y a quand même un maintien à aller chercher. On ne doit surtout pas lâcher maintenant.

Le maintien était de toute façon l’objectif de cette saison…
Alain Le Dour : Exactement. Il ne nous reste plus que deux matches pour l’atteindre. On doit tout donner pour le décrocher. Cette saison, nous sommes passés par plusieurs stades. La saison aura été difficile mais nous finissons sur des résultats et des performances satisfaisantes. A nous de surfer sur cette dynamique jusqu’au 25 juin.

Tous propos Le Dour via FC Lorient
A propos NSOL 403 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)