Vasilyev : « Le projet se poursuit avec Jardim »

AS Monaco
AS Monaco

Leonardo Jardim, pourtant annoncé sur le départ en Chine, a mercredi prolongé son contrat avec le club de l’AS Monaco. Arrivé en 2014, pour remplacer l’italien Claudio Ranieri, il a remporté cette saison son premier titre de champion. Grâce à une attaque en feu (1,88 buts par match) et une défense solide autour du roc Polonais Kamil Glik et de sa paire de latéraux notamment. L’entraîneur monégasque a prolongé son contrat jusqu’en 2020. Retrouvons les réactions du président monégasque, Vadim Vasilyev, ainsi que de Leonardo Jardim.

Vadim Vasilyev – Vice Président AS Monaco

« Le projet se poursuit avec Leonardo et j’en suis très heureux. C’est un des meilleurs entraineurs du football européen et malgré les sollicitations, il a choisi de continuer l’aventure à l’AS Monaco, ce qui démontre toute notre ambition. Le travail qu’il a réalisé depuis son arrivée est considérable, le titre de champion de France en est la parfaite illustration. Mais nous avions l’envie commune de continuer à développer le projet du club et c’est donc une grande fierté d’annoncer aujourd’hui la prolongation de son contrat jusqu’en 2020. »

Leonardo Jardim – Entraîneur AS Monaco

 « La confiance que m’a témoignée le Club a toujours été essentielle à mes yeux. Je me sens partie intégrante de l’AS Monaco et de la Principauté. Je suis donc très heureux de poursuivre mon travail à l’AS Monaco. Les 3 saisons passées furent exceptionnelles, couronnées par l’obtention du titre de Champion de France en mai dernier. Nous allons donc travailler avec l’ambition de poursuivre ce projet et continuer à faire grandir ce club avec la même passion qui nous anime depuis le début. Je suis convaincu que le futur s’annonce très excitant au sein de l’AS Monaco. Daghe Munegu ! »

Tous les propos de Leonardo Jardim et de Vadim Vasilyev sont issus du site officiel de l’Association Sportive de Monaco Football Club.
A propos NSOL 402 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)