Les Samoa Américaines ont fait partie de la première preuve d’impérialisme des États-Unis. Et ce peu après l’indépendance de ce qui est aujourd’hui la première puissance mondiale. Qui, en même temps, critiquait les émanations impérialistes des États européens. Mais, en sus de cette magnifique contradiction, ils n’ont pas accordé les mêmes droits aux habitants. Ce qui fait qu’aujourd’hui, les clubs des Samoa Américaines ne peuvent pas évoluer en MLS. Il y a donc un championnat national. Et dans ce championnat, on retrouve un club, que je vais vous présenter aujourd’hui. Roulement de tambours pour le Pago Youth FC.

Pagayer à Pago Pago

Dans un territoire de seulement 199km² peuplé de 70 000 personnes, les Samoa Américaines ne sont pas traditionnellement penchées vers le football. Car c’est le Griridon, le Basketball et le Baseball qui dominent. Mais le football est en train de devenir un passe-temps de plus en plus important. La force du jeu est principalement sur les équipes de jeune. La Fédération travaille d’ailleurs à établir des compétitions entre les écoles.

Mais tout cela ne nous renseigne pas énormément sur les Pago Youth. Mais si vous êtes un tantinet futé, vous avez vu le titre de ma partie. Je vous laisse le temps de cette phrase pour le relire. C’est bon ? Bon, et bien qu’est-ce à dire ? Cela dit que le club de football de Pago-Pago a été fondé par des pagayeurs. Je m’explique. En fait, c’est des amoureux de l’aviron – ou plus exactement un équivalent local – qui ont décidé de fonder un club de football. Et ce pour pouvoir continuer à faire du sport lorsque sortir en mer n’était pas rendu possible par la météo.
Très logiquement, les créateurs du club, dont monsieur Temuera Umaga, ont choisi un aigle pour emblème. Car ce que je nous ait pas dit, c’est que le Pago Youth était à ses débuts affilié à une école. Une école, qui, elle, avait pour emblème un aigle. Et donc, cela nous explique pourquoi le club de Pago Pago s’appelle le Pago Youth FC. Et non pas le Pago Old FC. Car c’est à l’origine des amateurs venus tout droit des bancs de l’école. Concernant la date de fondation du club, on pense qu’il s’agit de la fin des années 90, mais les sources se contredisent.

En losange

Tactiquement, l’histoire du Pago Youth FC n’est pas très remplie, il faut l’avouer. Mais ce que j’ai pu trouver à travers des matchs du club que j’ai regardé il y a deux ans, c’est les dispositifs utilisés. Le Pago Youth FC évolue principalement avec un milieu en losange. En tous cas, c’est ce qu’ils faisaient il y a deux ans. Le milieu en losange était en soutien de trois attaquants. Et, comme vous êtes forts en maths, vous avez réussi à trouver la suite… Il y a en effet bien trois défenseurs et un gardien !

C’est dans ce 3-4-3 que le Pago Youth s’impose comme un des plus grands clubs de l’île. En effet, en plus des AFSA League à la pelle (elles sont au nombre de six), le club a remporté nombre de coupes nationales. Son équipe réserve, qui évolue sans doute dans un schéma tactique similaire (à moins qu’il soit différent) récolte aussi des bonnes performances. A nombre de reprises, l’équipe B a en effet évolué en première division. Donnant alors des derbys agités devant un public de folie. On comptait pour ces derbys parfois près de 250 spectateurs. Il n’est ainsi pas rare de croiser dans la rue des gens ayant déjà vu un match du Pago Youth FC.

S’appuyant sur une identité de jeu forte, avec une rigueur défensive qui laisse place à la créativité offensive, le Pago Youth ravit donc les foules. Les équipes jeunes forment un vivier pour le club, car ils connaissent de longue date les tactiques employées. Et aussi car le club n’a pas un budget conséquent pour recruter.

Most Valuable Team

Le Pago Youth FC, malgré son budget relativement réduit, reste une équipe qui a de la valeur marché. Ainsi, un sud-coréen évolue dans l’équipe. Ainsi qu’un samoain pas américain, et un habitant des Tonga. De quoi former une équipe de choc. Ils avaient même il y a quelques années accompli un record de transfert sur l’île en faisant venir un joueur pour près de 150€ et du matériel.

D’ailleurs, le merchandising du club est très bien fait. Outre le fait qu’il n’y ait aucun site internet, il n’est pas possible de se procurer de maillot de l’équipe. En même temps, c’est normal. L’île ne faisant que 70 000 habitants, et une vingtaine d’équipe de première ou deuxième division y évoluant… Tout le monde a bien de la famille qui joue, a joué, jouera, pour le club. Surtout si un intérêt pour le football est prononcé.

En tous cas, la prochaine fois que vous vous déplacerez aux Samoa Américaines, durant un de vos nombreux tours du monde, n’oubliez pas de venir saluer les joueurs du Pago Youth FC ! En avant pour la victoire !

A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)