Mathieu Valbuena était l’invité de culture club sur le site de l’OL. Le milieu de terrain se confie sur sa forme et sur ses objectifs.

L’entretien de “petit vélo” sur ol.web

Valbuena : “Je n’avais jamais autant marqué depuis le début de ma carrière”

Sa forme

Je me sens mieux, je travaille physiquement. Je travaille matin et après-midi avec des soins et du vélo. J’ai commencé à retoucher le ballon. On s’est fixé des objectifs. Ça fait 9 jours depuis ma blessure. C’est déjà long. Je pense que la semaine prochaine, ça devrait le faire. C’est compliqué de louper des matchs et se retrouver un peu loin du groupe. Je relativise car ce n’est pas une blessure très importante. Ça se passait très bien pour moi depuis quelques mois. Mais ça ne remet rien en question. J’ai hâte d’être de nouveau performant.

Ses buts

Je n’avais jamais autant marqué depuis le début de ma carrière. Je me sens mieux dans cette équipe. J’ai eu une phase d’adaptation. On se trouve de mieux en mieux avec mes partenaires car je les connais de plus en plus. Je me trouve davantage dans des situations que j’affectionne. Je m’entraîne pour être adroit et je reproduis ça lors des matchs. Je sais me faire oublier sur le côté. Je suis plus présent dans la zone de vérité. C’est ce qu’il me manquait auparavant. Il y a de la confiance.

La tactique à Alkmaar

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas évolué en 4-4-2 en losange. C’est dur de retrouver ses repères. C’est un système qui demande beaucoup d’efforts mais ça s’est plutôt bien passé hier… Alkmaar a mis beaucoup d’intensité. C’était une équipe athlétique. On a concédé pas mal d’occasions mais on n’a pas eu besoin de 50 occasions pour marquer. C’est bien. On a marqué quand Alkmaar avait la mainmise sur le match. On a su faire le dos rond… Le penalty est sévère car le contact est très léger.

Valbuena : “Le plus important est la réponse sur le terrain”

Genesio

Le coach essaie de faire du mieux possible pour le groupe. Il fallait surtout se rassurer hier. Peu de monde nous pensait capable de gagner 4 à 1. Les critiques font partie du métier. Le coach et le staff essaient de mettre en place des choses. Toujours devoir se justifier, c’est un peu gonflant. Le plus important est la réponse sur le terrain.

Son mental

Même dans les situations compliquées, je relativise car j’aime tellement le métier que je fais. Je me suis forgé ce caractère et ce mental. J’ai aussi un caractère bien trempé car plus on me dit une chose, plus je vais faire le contraire. Le président m’a accordé sa confiance et je veux me donner à fond pour ce club. J’aime bien travailler. Même si j’ai 32 ans et qu’on me disait « mort », je sais de quoi je suis capable. Je ne me suis jamais senti aussi bien. Je me suis remis en question. Je crois encore à l’équipe de France mais je me focalise pas dessus. Quand je joue, je ne pense qu’à l‘équipe. Je ne veux pas terminer cette aventure en Bleu comme ça car je ne le mérite pas.

A propos Prince Owski 354 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli