Une première dans l’histoire de Demi Volée. Car oui, vous n’avez pas rêvé, aujourd’hui, je vous propose la première analyse tactique. Pour ce, je tenterais, grâce à des images Canal+, de comprendre les tactiques de Paris-Monaco. Car les tactiques sont plus que des schémas.

Première partie : La relance de Paris

La relance du Paris SG
La relance du Paris SG

En premier lieu, notons que les deux centraux ne sont pas du tout pressés. Mais cela ne veut pour autant pas dire qu’il n’y a pas de pression. En effet, les deux attaquants Falcao et Germain coupent la trajectoire de passe. De plus, la ligne de quatre monégasque forme un obstacle naturel à la progression des hommes d’Unai Emery.

Deuxième partie : Une construction monégasque

Construction de l'ASM
Construction de l’ASM

On peut voire sur cette image une tentative de construction monégasque. D’abord, première chose, c’est la densité parisienne qui est intéressante. En effet, on a trois joueurs parisiens (deux entourés en jaune et un sur la même ligne), qui peuvent couper les trajectoires de passe. De plus, on voit que le central parisien monte sur les solutions de passe. Draxler quand à lui coupe la solution extérieure et Cavani les deux centraux. Ainsi, le porteur du ballon voit ses solutions réduites. Il perdra donc à vitesse grand V possession du ballon.

Troisième partie : Un contre Parisien

Un contre du Paris SG
Un contre du Paris SG

Sur ce contre, j’ai matérialisé la ligne de hors-jeu en beige. Vous pouvez ainsi voire l’alignement des monégasques, qui laisse à désirer. Mais notons surtout la capacité d’Edinson Cavani à se démarquer. En effet, l’international uruguayen (en bas) se trouve à distance élevée du défenseur à son marquage. De par son positionnement, il offre une solution efficace à la limite du hors-jeu. De même, la ligne de trois parisiens force la défense à ne pas reculer de manière uniforme. Mais Rabiot, porteur du ballon, est idéalement pressé par les trois monégasques.

A propos NSOL 751 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)